• Karine Triot ktriot@free

Les slow vacances ou comment ne pas revenir HS au boulot !


« En vacances, je me transforme en GO du Club Med pour mes enfants et je termine sur les genoux. Au final, le retour au boulot est un pur bonheur ! »


Si ce témoignage d’une Maman que j’ai accompagnée vous rejoint, cet article est pour vous !



Je crois qu’en matière d’éducation, le message de fond est (ou devrait être) : ce que j’aime, c’est toi et être avec toi.


MAIS… en même temps, élever un enfant, ce n’est pas que du lien. C’est aussi transmettre des valeurs (le bien et le mal) et des compétences pour vivre avec d’autres (puisque nous sommes des êtres de relation et que sauf à devenir ermite, votre enfant aura à s’intégrer dans un ensemble social).

Or les vacances font partie du temps de l’éducation.


1. Les vacances = un temps de pause pour se reposer.

Se reposer, c’est avoir un rythme plus lent. La difficulté dans nos modes de vie actuels, c’est d’avoir tellement de propositions sympas, qu’on surcharge le programme. C’est une forme de peur du vide, peur de s’ennuyer, peur de passer à côté d’un truc génial. Or, le début d’année est vraiment une période fatigante pour les enfants. Ils ont dû s’habituer à une nouvelle maîtresse, parfois de nouveaux camarades de classe, une nouvelle organisation. Ça demande de l’énergie de s’adapter et ils arrivent souvent aux vacances de Toussaint épuisés. Pour recharger les batteries, l’idée n’est pas d’enchaîner les activités avec des horaires, des amis, du mouvement et du bruit, mais de vivre une vie de quotidien, plus calmement en étant ouvert à ce qui se vit ensemble.

En quoi est-ce utile pour eux ?

Ce rythme plus calme va leur apprendre à prendre soin de leur corps, mais va aussi vous permettre de prendre le temps de parler avec eux et transmettre votre vision de la vie. Ce qu’on n’a pas souvent le temps d’expliquer en période scolaire.


2. Pour ces vacances de Toussaint 2021, je vous propose de tester les vacances slow life. L’objectif est juste de partager un espace et un temps, être ensemble. Et c’est tout ! Pas besoin de partir, ni de faire des trucs de dingue, ni de vous ruiner en activités.


Le 1er matin, je vous propose de vous lever sans réveil (autant que possible si vous avez des enfants petits), de prendre un petit-dej en trainant et de papoter avec vos enfants. Papoter, c’est parler, et s’écouter, sans objectif d’efficacité.

  • Qu’aimerais-tu, toi, pendant ces vacances ? Dis-moi des idées d’activités qui ne soient pas payantes… Des activités ensemble ou seul…

Notez-les tranquillement sur une feuille… Et laissez macérer. Choisissez un bon bouquin et allongez-vous dans le canapé. C’est le 1er jour des vacances, il n’y a pas d’urgence ! On peut même trainer en pyjama toute la matinée (et même toute la journée !), on n’a pas de RV, pas d’horaires de classes ou d’activité !


3. Mais comme tout temps, s’il peut être un peu structuré, ça donne des repères.

A vous de fixer vos règles !

Mais voici quelques idées qui ont prouvé leur efficacité :

  • On se lève quand on veut mais pas au-delà de 9H30, et à 10H le petit-dej est débarrassé. Pourquoi ? Parce que sinon, on n’a plus de rythme collectif. Or éduquer un enfant, c’est lui apprendre à vivre avec d’autres.

  • On peut jouer à ce qu’on veut, calmement, à condition de ranger les jeux après. Parce que sinon, ça devient le grand foutoir, plus personne n’a envie de jouer, (on ne respecte plus les objets, on les abîme) et Maman et Papas finissent par s’énerver !

  • On ne regarde pas d’écran avant 17H et seulement avec les règles suivantes : si on a été super sympa dans la journée, si on a super bien joué, si on le fait ensemble et s’il n’y a pas de crise après. (Sinon, pas d’écran le lendemain !). (Des pistes pour sortir nos enfants des écrans dans cet article.)

  • En début d’après-midi, chacun fait un temps calme dans son lit. Avec un livre ou avec rien. A quoi ça va servir ? A apprivoiser la solitude, à découvrir le plaisir de lire, à rêver, à se reposer.


Pourquoi avec un livre ?

Parce que le livre est un formidable support pour : 1-Apprendre du vocabulaire. Or plus on a de vocabulaire, mieux on pense. Mieux on pense, mieux on comprend le monde. Mieux on comprend le monde, plus on fait des choix éclairés. Plus on fait des choix éclairés, plus on est acteur de sa vie, donc libre. 2- Le livre permet également de côtoyer des situations imaginaires qui enrichissent les expériences de l’enfant. D’où l’intérêt de proposer des livres avec de beaux héros, de belles histoires enthousiasmantes, qui projettent vers l’avenir pour donner envie de grandir. (Et pas seulement des livres sur le moche de la société – harcèlement, racisme, échec scolaire, etc - ni des livres sur des sociétés de fiction de fin du monde).


Un temps calme, combien de temps?

1 à 2H. Pendant lesquelles les enfants ne viennent pas déranger les parents ! C’est votre temps à vous ! Vous ne faites ni ménage, ni vaisselle, ni préparation d’activité canon pour les enfants après. C’est votre temps à vous ! Les préparatifs et les rangements se font en présence des enfants.

Pourquoi ?

Parce que ça leur apprend la réalité de la vie. Il y a toujours des corvées autour d’une activité, même sympa. Si en plus, vous les associez à ces tâches, c’est encore mieux. Dans la bonne humeur, en partageant ce temps-là aussi.

Cela vaut d’ailleurs aussi pour la répartition des tâches ménagères sur les vacances : vider le lave-vaisselle, préparer les repas, ranger la cuisine, etc. C’est un bon moment pour prendre le temps d’apprendre, pour plus d’autonomie et contribuer à la vie de la famille.


Si vous n'y arrivez, si vous voulez de l'aide pour mettre en place un fonctionnement de vie de famille plus équilibré, contactez-moi : ktriot@free.fr


52 vues0 commentaire