• Karine Triot ktriot@free

Les vacances en famille, version ados !



Ce qui n’est pas simple à l’adolescence, c’est ce chamboulement dans leur corps, dans leur cœur et dans leur cerveau qui fait que :

  • · Ils ont envie, mais n’osent pas.

  • · Ils savent de plus en plus de choses, mais pas toutes, et ils pensent que si.

  • · Ils ont du mal à savoir qui ils sont et ils aimeraient être quelqu’un d’autre.

ET du côté des parents ?

L’adolescence des enfants, ça peut faire écho à la sienne :

  • Si on a fait des bêtises, on sait de quoi on parle et on a peur pour eux.

  • Si on n’en a pas fait, on peut osciller entre peur et envie !

Mathématiquement parlant, quand notre enfant entre dans l’adolescence, ça correspond aussi à une phase de la vie d’adulte où on peut prendre soi-même conscience du temps qui passe : 25+15 = 40 / 30+15=45 / 35+15…

Or on en voit plus souvent les pertes que les bénéfices : côté beauté, côté santé, côté énergie, côté construction, côté couple… Passé 40 ans, on est moins dans la construction de sa vie que dans l’aménagement. Et parfois, on regrette cette période enthousiasmante couple-bébés-énergie-boulot-1er chez-soi…


L’adolescence des enfants est aussi une perte pour les parents : perte d’intimité avec eux (gratifiante), perte de maîtrise (rassurante), perte de sentiment d’utilité.


1- Souvent, le temps des vacances cristallise beaucoup d’attentes. Et des déceptions à la hauteur des attentes si elles n’ont pas rempli leurs objectifs.

  • Et si on préparait les vacances en échangeant les uns et les autres sur ce qu’on en attend?

  • Comment je me sens en cette fin d’année scolaire ?

  • Qu’est-ce qui a été chouette ? Qu’est ce qui me laisse un goût amer, acide, fade ?

  • De quoi j’aurais besoin ?

Exemple:

Année épuisante côté boulot / Dur-dur côté famille avec un éloignement de mon enfant qui me laisse frustré(e) de ce temps béni où nous avions une grande complicité. J’aurais besoin de complicité. Si possible avec lui/elle, sinon, avec quelqu’un d’autre.


2- Trouver le format des vacances :

  • En famille nucléaire

  • En famille élargie

  • Avec des amis des parents

  • Avec des amis des enfants

  • Avec un/une ami(e) d’un ou de plusieurs enfants

Prendre le temps de réfléchir, de se parler et de s’écouter les uns les autres.


Exemples

Est-ce que les parents osent dire que la maison familiale accueillant amis et familles de passage, c’est sympa, mais que la logistique est tellement lourde que la fin des vacances est accueillie avec enthousiasme ?

Est-ce que les parents peuvent entendre que les vacances avec leurs amis et leurs enfants n’emballent pas leurs propres enfants ?


3- A approfondir ensemble :

  • Quelles activités ?

  • Quel rythme ?

  • Quelle logistique ?

Pas de baguette magique, les vacances avec un ado comme avec n’importe qui dépendent de l’état de nos relations pendant l’année.

Prendre le temps de faire le point sur ce qu’on a vécu pendant l’année, sur ce qu’on ressent, sur ses attentes pour les vacances mais aussi pour nos relations… ça permet d’analyser comment on fonctionne, de prendre du recul, de poser des « bonnes résolutions » et d’avoir un objectif !

Les écrire ! Et se relire de temps en temps !


Une perle : le bonheur, c’est simple comme 3 Mercis par jour !

On s’y met ?


 Karine Triot Tel. 06.27.34.98.33

ktriot@free.fr

  • Facebook App Icon